Este sitio Web utiliza cookies propias y de terceros con objeto de mejorar la experiencia de navegación. Si continúa navegando estará aceptando de forma expresa el uso de estas cookies. Puede obtener más información en nuestra página Uso de Cookies

LE FLYSCH

Ce mot, a priori si étrange et compliqué à prononcer, nous vient de l’allemand “flissen” et signifie “couler” ou “glisser”.

La formation du flysch remonte à il y a 110 millions d’années, sous la mer, à la suite d’une accumulation de sédiments sur plusieurs millions d’années, 60 approximativement.

Comme nous le disions, ces sédiments commencèrent à se déposer lentement, et c’est ainsi que se formèrent petit à petit des couches à la composition différente, en fonction du type de flysch : de calcaires et/ou de grès, pour les plus dures, et de marnes et/ou de lutites, pour les plus molles, en couches alternées. Malgré tout, dans certains cas, ces dépôts se formèrent à la suite de grandes avalanches sous-marines de sédiments, provoquées généralement par la subsidence des fonds marins, comme conséquence de l’ouverture du Golfe de Gascogne, créant ainsi des couches nommées turbidites.

Nous avons là toutes les couches nécessaires pour notre Flysch de Biscaye, mais voilà, elles sont encore submergées dans les fonds marins. Comment ces capricieuses formations rocheuses, que nous pouvons voir de nos jours dans nos falaises, purent-elles se soulever et affleurer ?

Cela se produisit principalement pendant la dénommée GRANDE COLLISION, allant du Crétacé jusqu’à l’Oligocène. À ce moment-là, la petite plaque ibérique entra en collision avec la grande plaque européenne, et tous les sédiments formés pendant des millions d’années, se plièrent, se fracturèrent, puis se soulevèrent pour créer la plupart des plis et des élévations que nous trouvons en Euskadi, ou bien de grandes chaînes de montagnes telles que les Pyrénées ou la cordillère de l’Himalaya.

Mais pour les voir de près et découvrir tous leurs mystères, il vous faudra venir sur place et vous inscrire aux activités de votre choix que vous trouverez sur notre site.

Dictionnaire basique géologique du flysch


Aquifère Une formation géologique perméable, capable de stocker et de produire de l’eau souterraine.

Abrasion Processus destructeur de nature mécanique, développé à la surface terrestre et provoqué par la friction entre particules durant leur transport.

Falaise Versant abrupt sur la côte, dont la base a souvent subi l’érosion marine.

Affleurement Surface totale sur laquelle une unité rocheuse déterminée, ou structure, apparaît à la surface du terrain ou immédiatement sous les sédiments superficiels, que ce soit visible ou non.

Argile Sédiment ou roche lutitique, constituée par un agrégat de silicates d’alumine hydratés, qui peuvent être accompagnés par d’autres minéraux.

Banc Masse de roche sédimentaire qui forme une strate ou une couche.

Barre Crête rocheuse, correspondant à une couche dure quasiment verticale ou très pentue. 2. Relief sableux sous-aquatique, au tracé linéaire, produit par les courants. 3. Dépôt de sable ou de gravier, de forme plus ou moins allongée, situé dans le cours d’un courant.

Barre littorale Cordons sédimentaires sableux formés à proximité du trait de côte, par interactions entre les vagues, courants et marées.

Basalte Roche ignée, qui peut être vitreuse ou à grain fin, généralement extrusive (lave) sombre ou brune, localement intrusive (comme une digue ou sill) ; l’équivalent extrusif du gabbro. Teneur en silice 45 - 62 %. Riche en minéraux ferromagnésiens (> 60 % en volume) et labradorite.

Calcaire Roche sédimentaire essentiellement composée par du carbonate de calcium, sous forme de minéral calcite ou occasionnellement avec de l’aragonite dans les dépôts récents.

Karst Massif calcaire affecté par la configuration karstique, cette dernière étant entendue comme un type de relief dû à la dissolution des roches par les eaux météoriques chargées de gaz carbonique.

Strate Couche de roche d’origine sédimentaire, généralement tabulaire, qui possède certaines propriétés ou attributs qui la distinguent des couches adjacentes par plans/surfaces de stratification visibles, produites par des transformations dans la sédimentation, par interruptions sédimentaires ou par les deux facteurs à la fois.

Stratotype Référence originale ou désignée d’une unité stratigraphique, ou limite stratigraphique qui s’identifie comme étant un intervalle ou un point spécifique dans une succession de strates, et qui constitue le patron ou modèle pour définir et reconnaître cette unité ou limite.

Filon Remplissage minéral d’une fracture de structure tabulaire. Synonyme : Veine.

Flysch Nom donné aux formations sédimentaires (tectofaciès) massives et puissantes, constituées par une succession rythmique de grès turbiditiques et de lutites, déposés sur les marges continentales de régions orogéniques avant leur déformation.

Fossile Reste ou moule naturel d’un organisme conservé dans un sédiment.

Lave en coussins Type de lave dont la surface est formée par une série de renflements sphéroïdaux, adossés ou interférents, à l’aspect de gros coussins. Se produit dans des fonds subaquatiques par refroidissement rapide des effusions volcaniques, de préférence sous-marines.

Magma Matériau fondu engendré à l’intérieur de la terre par fusion de matériaux à une température supérieure à 600 ºC. Son refroidissement et sa consolidation sont à l’origine des roches magmatiques/ignées. Il contient des gaz dissous et des silicates solides en suspension.

Ophite Roche cristalline (granulaire) basique de composition diabasique, mais altérée à tel point que très peu des minéraux originaux persistent. Elle conserve sa structure ophitique.

Pli Déformation résultant de la flexion ou torsion de roches. Hormis des cas spéciaux, cela entraîne un raccourcissement de l’espace occupé à l’origine.

Pli en chevron Pli à flancs plats, à charnières anguleuses et asymétrie faible ou nulle. Var. : Pli en accordéon. [Du fr. chevron (‘mâle de la chèvre’)]

Roche Matériau solide qui se forme à l’intérieur ou à la surface de la croûte terrestre à la suite de processus endogènes ou exogènes. Dans la plupart des cas, elle est formée par une association de minéraux de la même ou de différentes espèces ; exceptionnellement, certaines roches volcaniques peuvent être formées par des minéraux et du verre, ou seulement par du verre.

Synclinal Pli à la concavité tournée vers le haut, contenant des roches stratigraphiquement plus jeunes dans le noyau. Le contraire de « anticlinal ». Lorsque l’on ne connaît pas les rapports d’âge des roches, ce pli se dénomme sinforme.

Sédiment Produit naturel, sous forme de roche non consolidée, résultant de la précipitation chimique ou de l’accumulation, que ce soit par glissement, ou gravitaire, de particules issues de la décomposition d’autres roches, indépendamment de la taille de ces dernières. Le milieu de sédimentation peut être continental, côtier ou marin. Synon. : Dépôt.